Mes livres préférés

Mes livres préférés

Parmi tous les livres que j’ai eu l’occasion de lire, en voici quelques uns qui m’ont particulièrement passionné et qui semblent avoir fait l’unanimité auprès de la critique.

La Vérité sur l’affaire Harry Quebert

Paru en 2012, La Vérité sur l’affaire Harry Quebert est le second roman et le premier best seller de l’écrivain suisse Joël Dicker. Prix Goncourt des Lycéens, le livre a été vendu à 5 millions d’exemplaires dans le monde. Le livre va être prochainement adapté à la télé dans une série réalisée par Jean-Jacques Annaud, avec Patrick Dempsey qui interprète le rôle de Harry Quebert.

Comme Le Livre des Baltimore ou La Disparition de Stephanie Mailer, qui suivront ce premier roman à succès, Joël Dicker plante le décor de ses intrigues dans le nord de l’Amérique, avec l’univers stérile et froid du New Hampshire, l’atmosphère parfois fantomatique des plages du Maine ou la banlieue des Hamptons où tout n’est qu’apparences.

Le livre est un réel page turner, malgré la complexité et le nombre de personnages et les différentes chronologies qui se chevauchent. Il s’agit d’un roman policier, même si l’enquête est surtout menée par un écrivain qui tente de savoir la vérité sur la triste affaire qui accuse un vieil ami écrivain de meurtre. Le livre se lit à plusieurs niveaux, car il semble proche de la réalité de son auteur Joël Dicker, lorsqu’il aborde le thème de la page blanche. Le livre revient largement sur les angoisses des auteurs et sur le processus d’écriture. Le héros, Marcus Goldman est un jeune auteur qui n’arrive plus à trouver de l’inspiration après un premier roman à succès. Il va alors rendre visite à un ancien ami écrivain, Harry Quebert, qui quelques temps plus tard sera arrêté par la police, l’accusant d’avoir commis un crime ressemblant étrangement à celui qu’il raconte en détail dans un livre écrit 33 ans plus tôt.

Monsieur Ripley

Ce grand classique de l’auteure américaine Patricia Highsmith nous emporte dans une Italie de la bella vità. C’est dans un décor chaud, doux, calfeutré, que va se dérouler un meurtre crapuleux. Tom Ripley est un escroc, beau parleur et arnaqueur qui est tout aussi séduisant que pervers. S’il a tout en apparence d’un jeune homme à qui tout réussi, il est en réalité plutôt frustré de ne pas accéder à un certain milieu qu’il jalouse. Tom Ripley est envoyé en Sicile par le riche homme d’affaires M. Greenleaf qui lui confie la mission de ramener son fils Dickie, en Amérique. Une fois en Italie, Tom s’immisce dans la vie de Dickie et son attitude est de plus en plus ambiguë. Entre fascination, jalousie et possessivité, Tom commettra l’irréparable, jusqu’à voler l’identité de sa victime.

Écrit en 1955, ce livre a reçu de nombreux prix et est devenu un classique du thriller psychologique, si bien qu’il connut une adaptation cinématographique, Le Talentueux Mr Ripley, en 1955, avec le duo Matt Damon-Jude Law.

Le cri

Plus récemment, Le cri de Nicolas Beuglet a attiré l’attention de la presse. Ce polar est écrit dans le style des grandes sagas policières scandinaves, bien que son auteur soit français. C’est d’ailleurs dans les couloirs lugubres de l’hôpital psychiatrique de Gaustad, en Norvège que débute l’histoire. Il s’agit d’une enquête policière menée par la policière norvégienne Sarah Geringën qui lui fera traverser les frontières, en France et aux États-Unis. Sarah, dont le personnage vie une période personnelle troublée, est appelée à constater la mort d’un patient dans un hôpital psychiatrique. Bien vite, on comprend qu’il ne s’agit pas d’un suicide, comme l’hôpital voudrait bien le laisser croire. La mort du patient 488, dont personne n’a jamais connu l’identité, va plonger Sarah dans une enquête complexe, avec pour seuls indices l’aspect torturé du cadavre qui poussait des cris étranges, décrits comme un son primal. Le livre se base sur des faits réels d’avant-guerre, des complots scientifiques, médicaux et d’une puissance supra gouvernementale prête à tout pour étouffer l’affaire.