Fred Vargas

Fred Vargas

Parmi les grands auteurs français à succès actuels, il y a Fred Vargas. Cette auteure a déjà écrit plus d’une dizaine de romans, qui ont pour personnage principal, le commissaire Adamsberg. Ses œuvres qui sont majoritairement des romans policiers ont déjà été adaptés au cinéma, à la télévision et au théâtre.

Le commissaire Adamsberg : le Hercule Poirot de Fred Vargas

Fred Vargas est une auteure française, née en 1957. Certains la comparent à Agatha Christie pour plusieurs raisons. Comme la Reine du crime britannique, Fred Vargas est passionnée d’archéologie. Aussi, à l’instar d’Hercule Poirot pour Agatha Christie, elle a fait d’un enquêteur de police, le commissaire Adamsberg, son héros principal. Ce personnage a séduit le public, grâce à son caractère nonchalant. Il faut dire qu’au début de chaque roman, le partie semble loin d’être gagnée. Sa méthode de travail est des plus douteuses, ne sachant jamais dans quelle direction aller et faisant de l’organisation sa qualité la moins développée. Pourtant, au fil de chaque livre, toujours guidé par son instinct qui vient au secours de sa méthodologie approximative, il finit par résoudre les énigmes meurtrières.

Le commissaire de police est apparu pour la première fois en 1991, dans L’Homme aux cercles bleus. L’adaptation télévisuelle de ce livre sera confiée à Josée Dayan, qui fut d’ailleurs le premier d’une série. C’est Jean-Hugues Anglade qui interprétera le rôle du commissaire Jean-Baptiste Adamsberg. Sous les vents de Neptune, L’Homme à l’envers et Un lieu incertain sont d’autres romans de Fred Vargas, adaptés en téléfilms par Josée Dayan. Jean-Hugues Anglade endossera à chaque fois le rôle principal, accompagné de son acolyte, l’adjoint Adrien Danglard, interprété par Jacques Spiesser.

Au fil des romans et des épisodes, le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg prend de l’épaisseur et des éléments de son passé, de sa vie privée viennent enrichir le personnage. Le dernier romain où il apparaît est Quand sort la recluse, publié en 2017.

Le roman le plus célèbre de Fred Vargas

Pars vite et reviens tard est très certainement l’ouvrage le plus connu de Fred Vargas. En tout cas, c’est celui qui lui a ouvert les portes du succès. Ce livre s’est écoulé à 330 000 exemplaire et a été adapté au cinéma par Régis Wargnier, avec José Garcia qui interprète le commissaire Adamsberg, aux côtés de Marie Gillain et Olivier Gourmet. Si Pars vite et reviens tard a eu un succès incroyable, les choses sont allées progressivement pour Fred Vargas, qui a connu des débuts plutôt difficiles.

L’Homme aux cercles bleus a été publié 7 jours avant que son éditeur ne fasse faillite. Le suivant, Debout les morts a été vendu à 1 000 exemplaires. Son troisième roman, Sans feu ni lieu cumule 8 000 ventes, et enfin L’Homme à l’envers, publié 8 ans après L’Homme aux cercles bleus atteint enfin les 50 000 ventes. Selon elle, comme elle l’a raconté à L’Express, elle pensait à ce moment-là qu’elle n’égaliserait plus jamais ce score. C’est alors qu’est sorti Pars vite et reviens tard.

Après le succès de Pars vite et reviens tard, la réalisatrice Josée Dayan s’intéresse à elle et décide de s’attaquer à l’adaptation de Sous les vents de Neptune. C’est la première fois que Jean-Hugues Anglade prend les traits du commissaire Adamsberg. S’en suit une collaboration de 4 téléfilms, redonnant une nouvelle vie à certains de ses premiers livres qui n’avaient pas connu de succès à leur sortie, comme c’est le cas de L’Homme aux cercles bleus.

Fred Vargas est avant tout une archéologue parisienne dont les récits sont teintés de sa connaissance de la période médiévale et qui leur confère une ambiance particulière. Ainsi, dans Pars vite et reviens tard, la peste revient à Paris. L’histoire raconte l’apparition mystérieuse d’un logo qui ressemble au chiffre 4 à l’envers, tagué sur des portes de bâtiments parisiens. Le commissaire maladroit accepte cette enquête qui va prendre tout son sérieux quand il se rend compte que les tags d’intimidation semblent être liés à la mort de Parisiens victimes de la peste. Un vent de panique se répand sur la ville, alors que les imitateurs contribuent à semer la terreur en faisant apparaître des graffitis du chiffre 4 un peu partout sur les portes.

Depuis la sortie de Pars vite et reviens tard, chaque nouveau livre est un succès. Ainsi, Sous les vents de Neptune a été vendu à 280 000 exemplaires et Dans les bois éternels à 370 000 exemplaires. Ses livres rencontrent aussi un vrai succès à l’international puisqu’ils sont traduits dans 35 langues. C’est en Allemagne et en Italie qu’elle vend le mieux, hors Hexagone, où chacun de ses livres atteignent au moins 100 000 ventes.